05 À l’Ouest, rien de nouveau 1915-1917

À la fin de 1915, la situation est relativement calme en Flandre. Il y a de rares offensives dans les tranchées, mais les grandes batailles se déroulent en France. En dépit de cette accalmie, la vie quotidienne d’un soldat sur le front n’est pas de tout repos. Une tactique de guerre qui vise à faire autant de blessés que possible, implique beaucoup de soins médicaux. La scie dans cette trousse de chirurgien témoigne de l’horreur de cette guerre. Un soldat atteint d’une infection grave aux membres ou ayant été touché par un projectile doit généralement être amputé. Le fait de porter des chaussettes mouillées durant une trop longue période peut provoquer la pourriture du pied. Les soldats doivent donc changer de chaussettes tous les jours. Mais, pour la première fois dans l’histoire les soldats portent une trousse de premiers soins. La teinture d’iode et un pansement permettent à un soldat ou à son camarade de désinfecter et de panser des blessures. Auparavant chaque blessure, aussi petite qu’elle fût, pouvait entraîner la mort par infection. Ces premiers secours ont sauvé beaucoup de vies.

A

Press play to start the audio from the beginning

Memorial Museum Passchendaele 1917

Découvrez ce que notre musée à offrir et écoutant ou lis les arrêts audio ci-dessous. Avez-vous un cœur chaleureux pour le Memorial Museum Passchendaele 1917, ou souhaitez-vous nous soutenir en ces temps difficiles? Devenez membre de la «Passchendaele Society» via passchendaele.be et commémorez la bataille de Passchendaele et ses plus de 600 000 victimes.

 

memorialmuseumpasschendaele1917